Loading
Create a Free Website

Association mémoire "Arsenal - Courrouze" Rennes

                  15 PROPOSITIONS de DENOMINATIONS

                     Elles furent formulées le 6 fév. 2008 aux Maires de Rennes et Saint-Jacques de la Lande, au

                     président de Rennes métropole et à la société Territoires (aménageur du site) par le collectif

                     des personnels de l’Arsenal et les comités de Cleunay et Saint-Jacques de la Lande. 

  

                     La douillerie : atelier principal durant 2 siècles.

 

Les Munitionnettes : référence aux 5000 à 6000 femmes qui travaillèrent à l’Arsenal durant la guerre 14-18, qui osèrent faire grève en 1917. (Retenu par le Conseil Municipal de Rennes, le 5 juillet 2010)

 

La fulminaterie : atelier construit avant 1938, sur le terrain de La Corbinière. Nom associé à l’azoturerie.

 

Édouard RONDEL : (1901–1985). Militant syndical CGT. Figure emblématique à l’Arsenal. Forte notoriété reconnue, toutes appartenances syndicales confondues. Un des artisans du fort taux de syndicalisation pour la défense du monde ouvrier.

 

Joseph BOUSSIN : (1922–1942). Jeune ouvrier et résistant qui fut fusillé par les Allemands à la Maltière. 

 

Maurice BERNARD : (1902– 955). Résistant sur le site, puis déporté.  Il travailla dans les mines de sel. Il revint à l'Arsenal après sa déportation. Ingénieur civil chargé des bâtiments et moteurs.

 

Atelier central : Atelier d'usinage et de traitement thermique. Sans cet atelier, la douillerie n’aurait pas pu fonctionner. On y réalisait tous les outillages et certaines machines nécessaires à la production. La compétence des ouvriers et techniciens était d’un haut niveau, et reconnue.

 

Gaston PERRAULT : (1909–2000) : Ce n’était pas un héros stricto sensu. Il n’avait pas sans doute, le charisme et l’opportunisme de certains personnels mais l’Arsenal lui doit beaucoup s’il a pu « survivre » après le désastre du 3 août 1944. Fils d’arsenaliste, résistant, syndicaliste actif, manager sportif, Rennais puis Jacquolandin. Chef du service : Commandes-Programmes. C’était un homme discret mais efficace qui avait une forte audience auprès des hauts responsables nationaux, notamment.

 

La Guibourgère : Référence à la porte principale de la Courrouze donnant sur la rue Claude Bernard.

 

Colonel VOYER Gabriel : (1900 –1983). Il a très largement contribué au développement de l’Arsenal-Sports. Très attaché aux activités sportives et très dévoué. Il était Chef de service de l’activité munitions après la Libération.

 

Arsenal sports : Club sportif, pluridisciplinaire, d’abord créé pour l’éveil aux sports collectifs des jeunes apprentis, a participé à toutes les manifestations sportives de Rennes - football, basket et athlétisme - L’Arsenal-Sports et le Club des Cheminots ont largement contribué au développement du sport à Rennes.

 

Les quatorze travées : Suivant les archives, les quatorze travées correspondaient au nom donné à un vaste atelier composé de 14 travées juxtaposées, construit à la Courrouze en 1910. Le plus grand de tous sans doute d’où son importance dans la mémoire des anciens. Pendant la guerre de 1914-1918, il fut le lieu d’une activité intense de réfection des douilles de 75Mle 97, récupérées sur le front puis remises en état et réencartouchées pour repartir sur le front le plus rapidement possible. Si, le canon de 75Mle 97 gagna la guerre, les quatorze travées et toutes les femmes (munitionnettes) qui y travaillèrent en ont une petite part sans forfanterie. L’atelier sombra malheureusement sous le coup des incendies et sabotages commis par les occupants lors de leur fuite le 3 août 1944.

 

Quai des presses : Référence aux presses mécaniques et hydrauliques servant à la fabrication des douilles (munitions).

 

Artillerie : L’Artillerie est à la base de l’Arsenal. Pratiquement tous les anciens Directeurs furent des artilleurs. D’ailleurs, le site de la Courrouze fut d’abord occupé en partie par l’Ecole d’Artillerie comme champ de tirs et pour y stationner des troupes. Ensuite et surtout à partir de 1870, l’Arsenal y implanta ses activités pyrotechniques.

 

Cartoucherie : Ce fut une des activités principales de l’Arsenal et de la Courrouze jusqu’à l’arrêt des activités pyrotechniques en 1970. Les activités de base furent toujours l’approvisionnement de l’Artillerie : cartouches, gargousses, obus chargés et caissons.

 

Suite aux investigations devant conduire à l'édition d'un livre, nous pourrions soumettre une nouvelle proposition pour faits de résistance durant la 2e guerre mondiale. Pour l'heure, il nous faut affiner les recherches. (Septembre 2014)

La Courrouze

 " Un site,

une histoire, ... "

 

" La Courrouze se construit pour bien vivre ensemble, en tenant compte du passé, en répondant aux besoins présents et en préparant l'avenir".

 

Extraits de la plaquette de Rennes métropole, éditée en octobre 2005.

 

Ces expressions ou slogans et pas seulement, nous ont incité à formuler des propositions qui rappellent effectivement le site, les lieux, des activités et des personnels, pour la dénomination des rues, allées, squares, parcs, jardins,avenues, ...

 

Nous avons évité des noms barbares, dans un souci de ne pas traumatiser ou gêner les habitants. Il y a des rejets dont il faut tenir compte. Le vécu industriel ne peut pas imposer de contraintes pérennes.

 

Espérons que des propositions témoignant du "passé" seront retenues !

 

Une harmonie peut être scellée entre la conservation de bâtiments, murets, ... et les 15 propositions.